Photos Clarisse Agbegnenou et Teddy Riner [France] victorieux respectivement au Paris Grand Slam et aux Jeux Olympiques de Rio, photographies de presse, 2016.
Clarisse Agbegnenou et Teddy Riner [France] victorieux respectivement au Paris Grand Slam et aux Jeux Olympiques de Rio, photographies de presse, 2016.
© Presse Sport
2020 l TokyoClarisse AGBEGNENOU& Teddy RINERPersévérance

2020 ı Tokyo Persévérance Clarisse AGBEGNENOU & Teddy RINER

Rollup 2020 - Tokyo - Persévérance - Clarisse AGBEGNENOU

Les Français Clarisse Agbegnenou et Teddy Riner sont qualifiés pour les Jeux Olympiques de Tokyo avec des statuts de favoris.

Portrait
Clarisse AGBEGNENOU
& Teddy RINER

Persévérance

Clarisse Agbegnenou et Teddy Riner sont deux grands champions français de judo. Elle possède le plus grand palmarès pour une judokate française avec quatre titres mondiaux et quatre titres continentaux. Il détient le plus grand palmarès de l’histoire du judo mondial avec dix titres mondiaux et cinq titres européens. Évoluant dans des catégories distinctes, mi-moyen pour la judokate (moins de 63 kg) et lourd pour le judoka (plus de 100 kg), ils représentent tous les deux la persévérance en compétition, en particulier face à l’échéance olympique.

Malgré ses deux titres olympiques, Teddy Riner n’a pas connu la plus haute marche du podium pour ses premiers Jeux Olympiques, en 2008 à Pékin, remportant une médaille de bronze, alors qu’il était sacré un an plus tôt champion du monde, à seulement 17 ans, un record. Mais il obtient la médaille d’or à Londres en 2012, et à Rio de Janeiro en 2016. Clarisse Agbegnenou, pour ses premiers Jeux Olympiques, obtient en 2016 à Rio, la médaille d’argent alors qu’elle est championne du monde deux ans plus tôt.

Photo Clarisse AGBEGNENOU
© PresseSport
Photo Clarisse AGBEGNENOU
© David Finch/Getty Images

Reportage en immersion au Japon avec Teddy Riner, France Télévisions/Stade 2, 2018

Près d'Osaka, au Japon, Teddy Riner entame sa préparation pour le prochain grand objectif de sa carrière : obtenir une troisième médaille d'or de suite aux Jeux Olympiques, à Tokyo, la terre du judo. Il égalerait ainsi le kayakiste Tony Estanguet, président du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024.

Persévérance

Clarisse Agbegnenou et Teddy Riner sont qualifiés pour les Jeux Olympiques de Tokyo avec des statuts de favoris. Entre 2010 et 2020, le judoka remporte 154 combats successifs lors de compétitions internationales. Il n’a été battu qu’une seule fois, le 9 février 2020 face à Kokoro Kageura lors du troisième tour du tournoi de Paris. De son côté, la judokate en 2018 et 2019 enchaîne 50 victoires. Leur persévérance est caractérisée par cette culture de la victoire.

Pour Clarisse Agbegnenou et Teddy Riner, Tokyo a forcément une valeur symbolique forte, car le Japon est le berceau du judo. Une médaille d’or olympique à Tokyo n’en serait que plus belle sur les terres de Jigiro Kano, l’inventeur de la discipline. Au-delà de leur engagement physique et mental dans la préparation sportive, ces deux champions s’engagent socialement et bénévolement pour des grandes causes. Clarisse Agbegnenou, elle-même née prématurée, est ambassadrice de l’Association SOS Préma tandis que Teddy Riner est ambassadeur d’Unicef-France. Bénéficiant des valeurs de discipline de soi et de respect du professeur, de l’adversaire et des règles, historiquement attribuées au judo, ces deux grands champions sont devenus populaires en France mais aussi à l’échelle internationale. Ils valorisent aussi leur excellence sportive et leur image en s’engageant dans le domaine entrepreneurial.

Photos Clarisse Agbegnenou et Teddy Riner [France], médaillés d’or aux championnats du monde de judo, photographie de Stéphane Mantey, 2014.
Clarisse Agbegnenou et Teddy Riner [France], médaillés d’or aux championnats du monde de judo, photographie de Stéphane Mantey, 2014.
© Stéphane Mantey/Presse sports

Reportage RMC sur le report des Jeux Olympiques 2020

Découvrez la réaction de Teddy Riner, double champion olympique de judo suite à l’annonce du report des Jeux Olympiques de Tokyo en 2021.

La flamme olympique sera une lumière au bout de ce tunnel.

—   Thomas Bach (Président du CIO), lettre aux athlètes, 2020   —

Clarisse Agbegnenou
en vidéo

TEDDY RINER
en vidéo

XXXIIe Olympiade
23 JUILLET-8 AOÛT 2021

Tokyo ı JAPON

Athlètes

(48,60 % DE SPORTIVES)

Sports

 

Épreuves

Image Tokyo 2020, affiches signées
Asao Tokoro, 2016.
© CIO/IPC
Tokyo 2020, affiches signées
Asao Tokoro, 2016.

Jeux
Paralympiques

NON CONNU athlètes

Nations

 

Jeux d'hiver

athlètes

Classement

NON CONNU NON CONNU NON CONNU

Jessica Mendoza, Caitlin Lowe et Laura Berg [États-Unis] lors un match de softball aux[nbsp]Jeux de Pékin, photographie[nbsp]de Vladimir[nbsp]Rys, 2008.
Jessica Mendoza, Caitlin Lowe et Laura Berg [États-Unis] lors un match de softball aux Jeux de Pékin, photographie de Vladimir Rys, 2008.
© Vladimir Rys/Bongarts/Getty Images
Report des JOP à l’été 2021 dû à l’épidémie de Covid-19, photographie de Lintao Zhang, 2020.
loader
Report des JOP à l’été 2021 dû à l’épidémie de Covid-19, photographie de Lintao Zhang, 2020.
© Lintao Zhang/Getty Images

Les Jeux Olympiques de Tokyo, prévus en 2020, ont dû être reportés en 2021 en raison de la crise sanitaire mondiale provoquée par le coronavirus, situation unique dans l’histoire des Jeux Olympiques. Seules les guerres mondiales avaient obligé à annuler – et non à reporter – les Jeux Olympiques précédents, comme en 1916, en 1940 et en 1944. En 2021, Tokyo accueillera 10.616 athlètes dont 5.176 femmes (48,60 %). Leitmotiv de toutes les éditions, les Jeux Olympiques de Tokyo seront « les plus innovants ». Neuf grands domaines sont visés, tels le transport avec la mise en œuvre d’un système de véhicules autonomes développé par Toyota, le sponsor automobile du CIO, ou encore le déploiement d’un dispositif de télécommunication en 5G. Comme en 1964, les Jeux Olympiques constituent une vitrine économique pour le Japon.

Conjointement aux Jeux Paralympiques, les Jeux de Tokyo mettront l’accent sur leur héritage à venir, notamment à travers la réorganisation d’espaces urbains et une amélioration de l’accessibilité. Il s’agit aussi de démontrer les capacités d’innovation du Japon dans les technologies de pointe, notamment l’usage de la robotique pour l’aide à la personne. Cinq nouveaux sports sont au programme : le baseball-softball — très populaire sur l’archipel —, l’escalade indoor, le karaté — un des sports nationaux —, le skateboard, et le surf — marquant l’ancrage du Japon dans l’océan Pacifique, d’où est originaire ce sport nautique. Initiée depuis plusieurs décennies, l’introduction de nouveaux sports vise à rajeunir l’Olympisme sans déroger à la tradition et à faire concurrence aux nouveaux formats de compétition comme les X Games très populaires chez les jeunes. Les Jeux Olympiques de Tokyo prônent un modèle écologique de développement durable et militent en faveur du « zéro déchet » : dans le cadre des compétitions, l’objectif fixé est de 65  % de produits directement réutilisés ou recyclés. Symboliquement, les podiums seront construits à partir de plastiques recyclés (collectés auprès de la population locale) et les médailles réalisées, sur le même principe. Dans cette dynamique, les Jeux Olympiques de Tokyo utiliseront au maximum les sites de compétition existants, notamment ceux édifiés pour les Jeux Olympiques de 1964.

La mixité des genres est un axe fort de ces Jeux Olympiques. De nouvelles épreuves apparaîtront ainsi, comme le relais 4x400 mètres en athlétisme ou le judo par équipe mixte. Cette dynamique se retrouvera jusque dans la cérémonie d’ouverture, durant laquelle un système de double porte-drapeau (une femme et un homme) est encouragé par le CIO, offrant la possibilité aux Comités Nationaux Olympiques de faire défiler en tête de délégation une championne et un champion. Avec 48,60  % de femmes, ces Jeux Olympiques seront les plus paritaires de l’histoire, l’Olympiade suivante devant tendre vers la parité complète.

Film officiel du CIO sur le report des Jeux Olympiques de Tokyo

En raison de la pandémie liée à la Covid-19, les Jeux Olympiques de Tokyo prévus en 2020 sont reportés en 2021. Découvrez le message d’espoir et d’encouragement du CIO face à la crise.

Le grimpeur Alberto Gines López [Espagne] lors des qualifications olympiques en escalade [Toulouse], photographie de Stéphane Mantey, 2019.
loader
Le grimpeur Alberto Gines López [Espagne] lors des qualifications olympiques en escalade [Toulouse], photographie de Stéphane Mantey, 2019.
© Stéphane Mantey/Presse Sport

Jeux Paralympiques de 2020

Stephen Miller [Grande-Bretagne]
au lancer de massue aux Jeux de Londres,
photographie de Michael Steele, 2012.
loader
© Michael Steele/Getty Images
Stephen Miller [Grande-Bretagne]
au lancer de massue aux Jeux de Londres,
photographie de Michael Steele, 2012.

Portrait Stephen MILLER

Pour la première fois de son histoire, face à la pandémie mondiale de coronavirus (Covid-19), les Jeux Paralympiques sont reportés. Les qualifications n’étant pas achevées, on ignore encore le nombre d’athlètes sélectionnés (autour de 4.500 sportives et sportifs), mais les Jeux de Tokyo devraient représenter un nouveau record en ce domaine. On attend beaucoup de l’Anglais Stephen Miller, qui devrait participer, après ses premiers Jeux Paralympiques en 1996, à ses septièmes Jeux Paralympiques. Il totalise déjà six médailles dont trois en or et sera un des sportifs majeurs de 2021.

Surf

Le surf apparaît pour la première fois aux Jeux Olympiques de Tokyo, comme sport additionnel. Originaire de l’océan Pacifique, cette pratique séculaire à Hawaï s’est largement popularisée à travers le monde au fil du XXe siècle. Duke Kahanamoku, nageur aux cinq médailles olympiques (1912, 1920 et 1924) originaire d’Honolulu, popularise ce sport à grande échelle. Le surf sera également au programme de Paris 2024, sur le site polynésien de Tahiti.

Photos Le surfeur Michel Bourez [France] en quart de finale du Billabong Pipe Masters, photographie de Koji Hirano, 2019.
Le surfeur Michel Bourez [France] en quart de finale du Billabong Pipe Masters, photographie de Koji Hirano, 2019.
© Musée national du sport Nice
Photos objet             Surf
© Musée national du sport Nice

À l’origine, les planches de surf étaient taillées dans un tronc d’arbre. Elles sont aujourd'hui façonnées en résine polyester et fibre de verre. Il existe plusieurs formes permettant différents styles de glisse.