Photos Arnaud Assoumani [France] en finale du saut en longueur, photographie d’Alexandre Loureiro, 2016.
Arnaud Assoumani [France] en finale du saut en longueur, photographie d’Alexandre Loureiro, 2016.
© Alexandre Loureiro/Getty Images
2016 l Rio de JaneiroArnaud ASSOUMANIMotivation

2016 ı Rio de Janeiro Motivation Arnaud ASSOUMANI

Rollup 2016 - Rio de Janeiro - Motivation - Arnaud ASSOUMANI

Arnaud Assoumani n’a qu’un but : concurrencer les valides en saut en longueur.

Portrait Arnaud ASSOUMANI

Motivation

Le Franco-Comorien Arnaud Assoumani est un athlète complet, spécialiste du saut en hauteur et du saut en longueur. Symbole d’une motivation sans limites, ce sportif paralympique possède la volonté de participer aux épreuves des valides, objectif qu’il tente d’atteindre sans succès à l’occasion de deux Jeux Olympiques consécutifs (Londres en 2012 et Rio de Janeiro en 2016). Son histoire illustre le dépassement de soi. Il est né sans avant-bras gauche. De 2006 à 2020, Arnaud Assoumani enchaîne les titres et les records mondiaux handisports. À 16 ans, il devient l’un des dix meilleurs jeunes français valides et, à 18 ans, champion de France handisport. Un saut à 6,91 mètres lui offre le bronze paralympique à Athènes en 2004. Puis, en 2008, à Pékin il atteint la gloire paralympique avec un nouveau record du monde à 7,23 mètres.

Il veut alors se qualifier pour les épreuves des valides à Londres en 2012. Pour cela, il doit atteindre les minima de 8,20 mètres. Son record personnel, qu’il réalise à Marseille pendant l’été 2010, est de 7,91 mètres. Il lui faut conquérir les 30 centimètres pour atteindre son but.

Photo Arnaud ASSOUMANI
© Lucas Uebel/Getty Images

Documentaire de Benjamin Rassat, Arnaud Assoumani, l'homme au bras d'or, 2013

Arnaud Assoumani, athlète sans bras gauche et champion paralympique de saut en longueur à Pékin en 2008, se lance le défi de participer aux Jeux Olympiques des valides à Londres en 2012. Pour se qualifier, il doit réussir les épreuves minima des valides : 8,20 mètres, un mètre de plus que son record en handisport.

Motivation

Sa motivation, il la trouve chez d’autres athlètes handisports qui ont réalisé cet exploit avant lui. En 1984, après les Jeux Paralympiques de 1972 et 1980, la Néo-Zélandaise Neroli Fairhall, participe aux Jeux Olympiques de Los Angeles où elle concourt au tir à l’arc, assise dans un fauteuil roulant. Il pense aussi à Marla Runyan, coureuse américaine malvoyante, qui participe aux Jeux Olympiques en 2000 ou à Terence Parkin en 2004. Mais aussi à Natalie du Toit, nageuse sud-africaine, qui s’est qualifiée en 2008 chez les valides ou à Natalia Partyka, la pongiste polonaise, amputée d’un avant-bras comme lui, médaillée d’or aux Jeux Paralympiques d’Athènes et qui a participé aux Jeux Olympiques de 2008. Pour lui, toutes et tous sont des modèles.

Mais, malgré tous ses efforts, Arnaud Assoumani ne parvient pas à se qualifier pour les Jeux Olympiques de Londres car une blessure l’en empêche. Motivé, il est cependant présent aux Jeux Paralympiques et décroche deux fois l’argent au triple saut et au saut en longueur cette année-là. Il se relève de cet échec, et à partir de 2014, Arnaud Assoumani n’a alors qu’un but : se qualifier pour Rio en 2016 et concurrencer les valides en saut en longueur. Il échoue de peu à se qualifier, mais remporte à Rio de Janeiro une cinquième médaille chez les paralympiques. Sa volonté hors normes en fait un athlète d’exception et un modèle pour toute une génération. La preuve : son rêve se prolonge et il prépare les minima afin de se qualifier pour les JOP de Tokyo.

Photos Arnaud Assoumani [France] au saut en longueur, photographie d’Alexandre Loureiro, 2016.
Arnaud Assoumani [France] au saut en longueur, photographie d’Alexandre Loureiro, 2016.
© Alexandre Loureiro/Getty Images

Performance d’Arnaud Assoumani lors des Jeux Paralympiques de 2016

En endossant la troisième place, Arnaud Assoumani réalise une très belle performance. En effet, après une année difficile même sa participation n'était pas acquise. Pour monter sur le podium, il aura dû puiser dans toutes ses réserves. Mission accomplie : médaille de bronze !

Plus tu rêves loin, plus tu iras loin.

—   Michael Phelps, 2016   —

XXXIe Olympiade
5 AOÛT-21 AOÛT 2016

Rio de Janeiro ı BRÉSIL

Athlètes

(45,03 % DE SPORTIVES)

Sports

 

Épreuves

Image Rio 2016, affiche signée
agence Tatil, 2016.
© Coll. CASDEN
Rio 2016, affiche signée
agence Tatil, 2016.

Jeux
Paralympiques

athlètes

Nations

 

Jeux d'hiver

athlètes

Classement

ÉTATS-UNIS GRANDE-BRETAGNE CHINE

Feyisa Lilesa [Éthiopie], arrivé deuxième au[nbsp]marathon, croise ses poings au-dessus de sa[nbsp]tête en soutien aux manifestations contre le[nbsp]gouvernement éthiopien, photographie,[nbsp]2016.
Feyisa Lilesa [Éthiopie], arrivé deuxième au marathon, croise ses poings au-dessus de sa tête en soutien aux manifestations contre le gouvernement éthiopien, photographie, 2016.
© Yutaka/Aflo Sport/Alamy
Vue du stade Olympique Maracana et du Corcovado, photographie de Buda Mendes, 2016.
loader
Vue du stade Olympique Maracana et du Corcovado, photographie de Buda Mendes, 2016.
© Buda Mendes/Getty Images

Les Jeux Olympiques de 2016 se déroulent pour la première fois en Amérique du Sud avec 11.238 athlètes et le chiffre record de 5.060 femmes (45,03 %). Ces Jeux Olympiques font néanmoins l’objet de vives polémiques, suite aux déplacements de populations pour la construction des infrastructures, à plusieurs scandales financiers qui se solderont par un déficit (130 millions d’euros) et à une forte empreinte environnementale. En outre, Rio de Janeiro est élue au moment où la crise financière de 2008 s’abat sur l’économie mondiale. Les investissements pour les Jeux sont vivement critiqués, alors que le pays enregistre une décroissance de son PIB pour la première fois depuis 1992.

Au cours des différentes épreuves, l’escrimeuse africaine-américaine Ibtihaj Muhammad est la première étasunienne voilée aux Jeux Olympiques : une image forte qui fera le tour du monde. Le nageur Michael Phelps devient l’athlète le plus médaillé de l’histoire des Jeux Olympiques. La gymnaste états-unienne Simone Biles égale le record de médailles d’or obtenues en une édition avec quatre victoires, palmarès qui n’avait pas été atteint depuis 1900 à Paris. Héros des derniers Jeux Olympiques, le sprinteur jamaïcain Usain Bolt réitère quant à lui ses exploits de Pékin (2008) et de Londres (2012). En lutte libre féminine, la Japonaise Kaori Icho remporte son quatrième titre olympique consécutif dans la même épreuve, exploit seulement réalisé avant elle par Al Oerter, Carl Lewis et Michael Phelps. Une autre image marquante politiquement de cette Olympiade est l’engagement de l’Éthiopien Feyisa Lilesa, médaillé d’argent au marathon, qui franchit la ligne d’arrivée les bras croisés au-dessus de sa tête, en signe de protestation contre la politique menée par son gouvernement à l’encontre des Oromos.

Ces Jeux Olympiques introduisent plusieurs nouveautés : les Jeux Paralympiques, habituellement organisés en automne, ont lieu en été. De nouveaux sports sont mis au programme : le para-canoë et le para-triathlon. 159 nations y participent, un record. Le Comité International Olympique autorise également une équipe d'athlètes composée de réfugiés — un nageur syrien et un lanceur de disque iranien — sous le titre d'athlètes paralympiques indépendants à participer aux compétitions. Au final, les États-Unis terminent à la première place pour les Jeux des valides et la Chine finit première pour les Jeux Paralympiques.

Reportage sur la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques 2016

La cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques en 2016 se tient dans une ambiance riche en couleurs et en émotions, malgré un contexte social agité. Des militants brésiliens dénoncent les coûts faramineux des Jeux Olympiques et la volonté du gouvernement de masquer les inégalités sociales qui déchirent le pays.

Ibtihaj Muhammad [États-Unis] victorieuse au sabre, photographie de Leonard Zhukovsky, 2016.
loader
Ibtihaj Muhammad [États-Unis] victorieuse au sabre, photographie de Leonard Zhukovsky, 2016.
© Shutterstock

Jeux Paralympiques de 2016

Ellie Simmonds [Grande-Bretagne] au 200 mètres quatre[nbsp]nages individuel [Glasgow], photographie de[nbsp]Ian[nbsp]MacNicol, 2016.
loader
© Ian MacNicol/Getty Images
Ellie Simmonds [Grande-Bretagne] au 200 mètres quatre nages individuel [Glasgow], photographie de Ian MacNicol, 2016.

Portrait Ellie SIMMONDS

Les Jeux Paralympiques de 2016 rassemblent 4.328 athlètes de 159 pays. Après le scandale du  dopage des athlètes olympiques et paralympiques russes, la délégation entière est bannie des Jeux Paralympiques. L’Anglaise Ellie Simmonds brille lors de ces Jeux : elle obtient une médaille d’or au 200 mètres quatre nages en battant le record du monde et une de bronze au 400 mètres nage libre. Elle totalise depuis les débuts de sa carrière paralympique, huit médailles dont cinq en or.

Ellie SIMMONDS
en vidéo

Canoë-kayak

Le canoë-kayak fait sa première apparition en tant que « sport de démonstration » aux Jeux Olympiques de 1924. En 1936, la course en ligne devient une des épreuves officielles alors que le slalom arrive en 1972 sur la rivière artificielle d’Augsbourg, puis disparaît — au regard du coût des installations — et revient en 1992 à Barcelone. La course en ligne existe en bateau simple, double ou quadruple et le slalom en eau vive en bateau simple ou double, avec les C1 (canoë monoplace) et C2 (biplace) ou en kayak (K1 à K4 c’est-à-dire d’une à quatre places).

Photos Ladislav Skantar et Peter Skantar [Slovaquie] en finale du double slalom en canoë-kayak. photographie de Ian MacNicol, 2016.
Ladislav Skantar et Peter Skantar [Slovaquie] en finale du double slalom en canoë-kayak. photographie de Ian MacNicol, 2016.
© Ian MacNicol/Getty Images
Photos objet             Canoë-kayak
© Rob Carr/Getty Images

Le canoë est doté d’une coque en V profilée. Il comporte un gouvernail actionné au moyen d’une barre située sur le cale-pied. Si le canoë est pratiqué avec une pagaie simple, le kayak dispose, lui, d’une pagaie double.