Photos Marie-José Pérec [France], médaillée d’or aux 400 mètres et 200 mètres et Laura Flessel [France] médaillée d’or à l’épée, photographie de Michel Deschamps, 1996.
Marie-José Pérec [France], médaillée d’or aux 400 mètres et 200 mètres et Laura Flessel [France] médaillée d’or à l’épée, photographie de Michel Deschamps, 1996.
© Michel Deschamps/PresseSport
1996 l AtlantaMarie-José PÉREC& Laura FLESSELExcellence

1996 ı Atlanta Excellence Marie-José PÉREC & Laura FLESSEL

Rollup 1996 - Atlanta - Excellence - Marie-José PÉREC

La sprinteuse Marie-José Pérec et l’épéiste Laura Flessel ont marqué de leur empreinte les Jeux Olympiques aux États-Unis.

Portrait
Marie-José PÉREC
& Laura FLESSEL

Excellence

Difficile de choisir entre ces deux grandes championnes des Jeux Olympiques d’Atlanta ! Les deux Françaises d’origine guadeloupéenne ont toutes deux atteint l’excellence en raflant deux médailles d’or dans leurs disciplines. En 1996, Marie-José Pérec connaît son apothéose comme sprinteuse tandis que Laura Flessel débute une longue carrière d’épéiste.

Marie-José Pérec, née en 1968, remporte ses premiers titres en championnat d’Europe, sur 200 mètres, en 1989, et surtout son premier titre mondial sur 400 mètres en 1991. Elle confirme sa supériorité sur cette distance l’année suivante par une médaille d’or aux Jeux Olympiques de Barcelone. Quelques semaines plus tard, elle arrache un autre titre mondial sur le 200 mètres. Début 1994, elle change d’entraîneur et passe de la France à la Californie où elle retrouve anonymat et apaisement. C’est le début d’une période glorieuse puisqu’elle devient invaincue sur 400 mètres. Une médaille d’or sur 200 mètres à la Coupe d’Europe des Nations la conforte dans l’idée de tenter un doublé aux Jeux Olympiques de 1996. Et elle réussit l’exploit.

Photo Marie-José PÉREC
© Professional Sport/Getty Images
Photo Marie-José PÉREC
© Jean-Yves Ruszniewski/ TempSport/Corbis/VCG via Getty Images

Reportage autour de la victoire de Marie-José Pérec

Marie-José Pérec, déjà championne olympique et grande favorite, décroche à nouveau l’or pendant les Jeux Olympiques d’Atlanta, retour sur un événement majeur du parcours d’une des plus grandes athlètes françaises.

Photos Marie-José Pérec [France] après sa victoire au 400 mètres, photographie de Mike Hewitt, 1996.
Marie-José Pérec [France] après sa victoire au 400 mètres, photographie de Mike Hewitt, 1996.
© Mike Hewitt/Getty Images
Photos Laura Flessel [France] victorieuse dans l'épreuve d'épée individuelle féminine, photographie de Jean-Yves Ruszniewski, 1996.
Laura Flessel [France] victorieuse dans l'épreuve d'épée individuelle féminine, photographie de Jean-Yves Ruszniewski, 1996.
© Jean-Yves Ruszniewski/ TempSport/Corbis/VCG via Getty Images
Excellence

Minée par des blessures récurrentes et une lourde pression médiatique, elle ne décroche plus de titres et quitte les Jeux Olympiques à Sydney avant même de concourir, provoquant des réactions contrastées de la part de la presse francophone et australienne. Avec quatre titres européens, trois titres mondiaux et trois médailles d’or olympiques, l’IAAF lui rend justice en l’intégrant dans son Hall of Fame en 2013.

Avant d’être nommée ministre des Sports en 2017, Laura Flessel, née en 1971, est l’une des escrimeuses françaises les plus titrées et l’athlète française ayant récolté le plus de médailles — cinq au total — aux Jeux Olympiques, tous sports confondus. En 1996, les Jeux Olympiques offrent enfin la possibilité aux femmes de concourir dans des assauts d’épée. Cette nouveauté profite à Laura Flessel qui monte sur la plus haute marche du podium en individuel et en équipe. Quatre ans plus tard, les Jeux Olympiques de Sydney ne lui apportent qu’une médaille de bronze. Mais elle se qualifie encore en 2004 et décroche deux médailles d’argent. Mais elle se qualifie encore en 2004 et décroche une médaille d’argent et une médaille de bronze. Entre temps, elle gagne aussi des titres mondiaux en individuel en 1998 et 1999, et en équipe en 1998, 2005 et 2007. Elle participe encore deux fois aux Jeux Olympiques, sans médaille, mais dans le rôle de porte-drapeau pour l’équipe de France à Londres. Surnommée la « guêpe » par des médias, Laura Flessel reste connue pour son attaque redoutable sur les pieds de ses adversaires. Depuis 2012, la championne est une femme engagée dans le premier Comité de lutte contre les discriminations dans le sport, mais aussi pour la candidature de Paris en 2024. Elle porte le titre de marraine des Gay Games en 2018.

Photos Marie-José Pérec [France] après sa victoire au 400 mètres, photographie de Mike Hewitt, 1996.
Marie-José Pérec [France] après sa victoire au 400 mètres, photographie de Mike Hewitt, 1996.
© Mike Hewitt/Getty Images
Photos Laura Flessel [France] victorieuse dans l'épreuve d'épée individuelle féminine, photographie de Jean-Yves Ruszniewski, 1996.
Laura Flessel [France] victorieuse dans l'épreuve d'épée individuelle féminine, photographie de Jean-Yves Ruszniewski, 1996.
© Jean-Yves Ruszniewski/ TempSport/Corbis/VCG via Getty Images

Film de Clint Eastwood, Le cas Richard Jewell (2020)

Ce film de Clint Eastwood (2020) revient sur l’attaque terroriste qui a perturbé les Jeux Olympiques de 1996. L’agent de sécurité, Richard Jewell, qui a trouvé la bombe, a d’abord été adulé puis suspecté d’être lui-même un terroriste, puis blanchi trois mois plus tard. Voici la bande-annonce.

J'ai fait un rêve, qu'un jour, […] les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d'esclaves pourront s'asseoir ensemble à la table de la fraternité.

—   Martin Luther King (citation affichée dans le stade olympique d’Atlanta), 1963   —

Laura FLESSEL
en vidéo

Marie-José PÉREC
en vidéo

XXVIe Olympiade
19 JUILLET-4 AOÛT 1996

Atlanta ı ÉTATS-UNIS

Athlètes

(34,04 % DE SPORTIVES)

Sports

 

Épreuves

Image Atlanta 1996. Les Jeux Olympiques du Centenaire,[nbsp]affiche non signée, 1996.
© Coll. CASDEN
Atlanta 1996. Les Jeux Olympiques du Centenaire, affiche non signée, 1996.

Jeux
Paralympiques

athlètes

Nations

 

Jeux d'hiver

athlètes

Classement

ÉTATS-UNIS RUSSIE ALLEMAGNE

Michelle Smith [Irlande] sur le point de gagner au 400 mètres papillon, photographie de Michael Cooper, 1996.
Michelle Smith [Irlande] sur le point de gagner au 400 mètres papillon, photographie de Michael Cooper, 1996.
© Michael Cooper/Getty Images Sport
Le défilé des nations lors de la cérémonie d’ouverture, photographie anonyme, 1996.
loader
Le défilé des nations lors de la cérémonie d’ouverture, photographie anonyme, 1996.
© Bongarts via Getty Images

Les Jeux d’Atlanta accueillent 10.318 athlètes dont 3.512 femmes (34,04 %). C’est la première fois depuis 1896, qu’un tiers des athlètes sont des femmes. Plusieurs champions se démarquent : les deux sportives Marie-José Pérec et Laura Flessel, ainsi que les athlètes Michael Johnson et Carl Lewis avec son quatrième titre olympique en saut en longueur. En natation, Amy Van Dyken est la première Américaine à remporter quatre médailles d’or et le Russe Alexander Popov confirme ses talents sur 50 mètres et 100 mètres nage libre. L’Autrichien Hubert Raudaschl devient le premier athlète à avoir participé à neuf Jeux Olympiques, alors que la nageuse irlandaise Michelle Smith obtient quatre médailles (dont trois en or). Jamais un sportif irlandais n'avait cumulé autant de médailles. Le Turc Naim Süleymanoğlu devient le premier haltérophile de l’Histoire à gagner lors de trois Jeux Olympiques d’affilée. De nouvelles épreuves sont intégrées en 1996 : le volleyball de plage (beach-volley), le vélo tout terrain, l’aviron poids léger et le football féminin. De même, le softball, un sport exclusivement féminin, est ajouté au programme.

Le choix de la ville d’Atlanta pour le Centenaire des Jeux Olympiques est polémique dès le vote en 1990, alors que l’opinion publique attendait l’élection symbolique d’Athènes. Capitale économique du sud-est des États-Unis, la ville est surtout le siège social de Coca-Cola, sponsor historique des Jeux Olympiques, mais aussi de nombreuses multinationales. Un choix qui semble stratégique, donc, pour le CIO, mais qui nuit à son image, dix ans après l’ouverture aux professionnels et les débuts d’un programme de sponsoring – dit « TOP » –, valorisant des partenaires principaux en échange de financements considérables.

Les participants et le public s’offusquent aussi des problèmes de transport, remarquent la précarité des volontaires, et témoignent du « nettoyage » opéré dans la ville, vidée de tous ses sans-abris juste avant l’ouverture. Secoué par une vague de terrorisme aux États-Unis et en Europe, mais aussi par l’explosion du vol 800 TWA deux jours avant l’ouverture des Jeux Olympiques, le public assiste néanmoins, le 19 juillet 1996, à l’arrivée dans le stade du boxeur Mohamed Ali que la maladie de Parkinson fait trembler au moment d’allumer la flamme. Ancien champion olympique, il est aussi l’un des grands symboles de la lutte pour les droits des Africains-Américains, comme Martin Luther King, originaire d’Atlanta. Mais les compétitions sont interrompues la journée du 27 juillet 1996 par une attaque à la bombe au cœur du village olympique, faisant deux morts et 111 blessés.

Film officiel des Jeux Olympiques d’Atlanta

Le film complet et officiel des Jeux Olympiques de 1996 à Atlanta retraçant le parcours et la victoire de nombreux athlètes internationaux lors de cet événement sportif majeur.

Carl Lewis [États-Unis]. La pose du vainqueur, photographie, 1996.
loader
Carl Lewis [États-Unis]. La pose du vainqueur, photographie, 1996.
© Ullstein Bild via Getty Images

Jeux Paralympiques de 1996

Jonas Jacobsson [Suède] au concours de tir sportif, photographie de Natalie Behring, 1996.
loader
© Natalie Behring/Getty Images Sport
Jonas Jacobsson [Suède] au concours de tir sportif, photographie de Natalie Behring, 1996.

Portrait Jonas JACOBSSON

Les Jeux Paralympiques d’Atlanta rassemblent près de 3.808 athlètes venus de 104 pays. Le Comité Paralympique fait face à de graves difficultés de financement, mais grâce à des dons, les Jeux Paralympiques peuvent finalement être organisés. L’une des vedettes des épreuves d’Atlanta est le Suédois Jonas Jacobsson, qui remporte deux médailles d’or et une médaille de bronze au tir à la carabine. Il participe par la suite à plusieurs autres olympiades, neuf au total, remportant au final 17 médailles d'or, deux d'argent et neuf de bronze.

Jonas JACOBSSON
en vidéo

Cyclisme

Les premières courses de cyclisme sont organisées à partir de 1867 et se multiplient dans les années 1890. Ce sport fait partie du programme des Jeux Olympiques dès 1896 pour les hommes. Le cyclisme sur route décline dans les années 1960-1970 au profit d’une pratique en milieu naturel. Le VTT et le BMX entrent d’ailleurs aux Jeux Olympiques en 1996 et 2008. Les femmes, quant à elles, vivent leurs premières épreuves olympiques à partir de 1984.

Photos Course de cyclisme sur route. Jeanne Golay [États-Unis], Alessandra Cappellotto [Italie] et Jeannie Longo-Ciprelli [France], photographie de Mike Powell, 1996.
Course de cyclisme sur route. Jeanne Golay [États-Unis], Alessandra Cappellotto [Italie] et Jeannie Longo-Ciprelli [France], photographie de Mike Powell, 1996.
© Mike Powell/Getty Images Sport
Photos objet             Cyclisme
© Musée national du sport Nice

Apparue en 1818, la draisienne est transformée en vélocipède en 1860 avec l’introduction d’un pédalier sur la roue avant, puis en bicyclette en 1880 avec la mise au point d’une chaîne de transmission. La Tangent anglaise et l’Hirondelle française sont bien vite améliorées avec des pneumatiques Dunlop. Le vélo devient une « machine » coûteuse et sophistiquée avec les Jeux Olympiques d’Atlanta. Enfin, dans ce dernier quart du XXe siècle, s’affirment de nouvelles pratiques avec le VTT et le BMX.